Procédés d’extraction

De nombreuses méthodes d’extraction existent, celles-ci donnent des extraits de plantes :
Huiles essentielles, absolues, résinoïdes et concrètes.
Parmi elles :

L’expression à froid.
La distillation à la vapeur d’eau.
L’extraction par les graisses.
L’extraction aux solvants volatils.
L’affinage par l’alcool.
L’extraction par le gaz carbonique “supercritique”.
L’enfleurage à froid de tubéreuses, par exemple.

L’expression à froid.

L’expression à froid est un procédé mécanique sans chauffage (pressage du zest des citrus : oranges, mandarines, pamplemousses, citrons). On utilise le terme d’essence pour tous les agrumes.

La distillation à la vapeur d’eau.

Une plante peut synthétiser de l’huile essentielle jusqu’à la fin de la floraison. C’est à ce moment précis que commence la période de coupe des fleurs destinées à être distillées. Les fleurs sont parfois séchées pendant une courte période un jour ou deux au plus afin de leur faire perdre l’excès d’eau qui pourrait modifier la qualité de l’huile essentielle.

Ce procédé d’obtention des huiles essentielles est reconnu comme étant biologique. L’alambic et la distillation à la vapeur d’eau ont été inventés au 10ième siècle.

La distillation à la vapeur d’eau basse pression est un des procédés d’obtention des huiles essentielles. Ce procédé est en général utilisé près des lieux de récolte des plantes afin de préserver leurs constituants. Les plantes sont alors introduites dans un alambic.

Les plantes ainsi placées vont être légèrement tassées. Sous l’effet de la chaleur la vapeur d’eau qui va les traverser va entraîner les composants volatils de la plante. Ce mélange gazeux, constitué par l’huile essentielle et la vapeur d’eau, va être refroidi dans un « serpentin ».

Refroidi le mélange de vapeurs retourne à l’état liquide. Ainsi condensé le mélange sera versé dans un «essencier» où il sera décanté. L’huile essentielle et l’eau vont se séparer. L’huile essentielle est généralement plus légère que l’eau. Elle va donc selon sa densité, surnager ou non au-dessus de l’eau obtenue.

Nous aurons donc d’une part l’huile essentielle et l’hydrolat d’autre part. L’hydrolat est aussi appelée «eau florale» dans le cas de la distillation des fleurs.

1 – Temps de distillation

Par la méthode traditionnelle la distillation est souvent de courte durée. Celle-ci est de 30 mn à 2h selon la plante et la partie de la plante utilisée.

2 – Rendements des huiles essentielles

Ils peuvent varier de 1 à 100 voir plus, selon les plantes, le moment de la récolte, les régions, le climat de l’année, l’âge de la plantation et la variété. La quantité d’huile essentielle contenue dans la plante est parfois infinitésimale. Il faut parfois plusieurs tonnes de plantes pour obtenir un kilo d’huile essentielle. Cela explique le coût élevé de certaines huiles essentielles.

3 – Qualité des huiles essentielles

Pour vérifier la qualité des huiles essentielles, il est indispensable d’effectuer des contrôles organoleptiques d’une part et physico-chimiques d’autre part sur chaque lot d’huile essentielle produite.

– Contrôles organoleptiques : vérification de la couleur, de l’odeur, et de la saveur.
– Contrôles Physico-chimiques : étude des constantes physiques : densité, indice de réfraction, pouvoir rotatoire sur la lumière polarisée.
– Chromatographie en Phase Gazeuse (CPG)
– Recherche de contaminants environnementaux : pesticides, métaux lourds.